Alice Coffin dénonce la « violence » de l’appareil sécuritaire au Parc des Princes lors du match de D1 féminine

Plusieurs militantes féministes ont été interpellées dimanche par la sécurité du Parc des Princes après qu’une banderole soutenant Hermoso et Diani ait été affichée dans les tribunes.

« Pourquoi voulez-vous que nous quittions le terrain ? Il n’y a aucune raison pour cela et c’est ce qui s’est passé. » Au lendemain de la violente altercation entre plusieurs militantes féministes de l’association Les Dégommeuses et le service de sécurité du Parc des Princes lors de la rencontre féminine de D1 entre le PSG et l’OL, la conseillère municipale de Paris (EELV), Alice Coffin, a dénoncé les violences qu’elle a subies. .

Ce dernier, ainsi que de nombreux militants de cette association qui lutte contre les discriminations dans le sport, ont publié un message de soutien adressé à Jennifer Hermoso et Kadiatou Diani. « Jenny, Kady, on vous croit », a-t-on écrit en référence aux deux joueuses qui ont récemment dénoncé des agressions sexuelles.

« Ils (les services de sécurité, ndlr) ont commencé à nous encercler et veulent prendre certains d’entre nous (…) de manière très violente », explique Alice Coffin au micro de BFM Paris-Ile-de-France.

Il poursuit : « J’ai été surpris qu’on soit assis et qu’on répète : C’est un message contre les attentats. Et là, vous nous attaquez à votre tour », dénonce l’élu.

« double discours »

La publication de cette banderole a donc conduit à l’intervention des services de sécurité. Cette intervention particulièrement musclée ne plaît pas à l’élu écologiste qui a dénoncé ce mardi auprès de BFM Paris Île-de-France le « double langage » du Paris Saint-Germain.

« Il y a un double discours, même assez clair, qui est qu’on protège les homophobes et qu’on s’en prend aux féministes et aux lesbiennes », dénonce Alice Coffin au micro de BFM Paris-Ile-de-France.

L’élu estime qu’il n’y a pas non plus « une volonté suffisante pour lutter contre l’homophobie, le sexisme et le racisme dans les stades ». L’élue parisienne souligne toutefois que ce ne sont « pas les hôtes » qu’elle vise après ces violences, mais plutôt « un ensemble de choses qui sont très sérieusement défaillantes au Paris Saint-Germain ».

« Il y a de la tolérance, franchement, même une, je n’ose même pas le dire, mais peut-être qu’il y a de la bienveillance pour les chants ou banderoles racistes ou homophobes, et quand on arrive à déployer une banderole visant à lutter contre les agressions sexuelles, on est » « Il a été traité de manière tellement violente », déplore Alice Coffin sur BFM à Paris Ile-de-France.

« Nous continuerons à travailler tant que les choses ne changeront pas », assurent-elle, avec ses camarades des Déglingeuses.

Nicolas Dumas avec Alexane Lavorel

Articles les plus importants

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire