Avant les Jeux olympiques de Paris en 2024, la pollution de la Seine a forcé l’annulation des entraînements de natation

L'entraînement prévu avant la course de natation entre le pont de l'Alma et le pont Alexandre III a été annulé en raison de fortes pluies qui ont détérioré la qualité de l'eau de la Seine.
Ludovic Marin/AFP L’entraînement prévu avant la course de natation entre le pont de l’Alma et le pont Alexandre III a été annulé en raison de fortes pluies qui ont détérioré la qualité de l’eau de la Seine.

Ludovic Marin/AFP

L’entraînement prévu avant la course de natation entre le pont de l’Alma et le pont Alexandre III a été annulé en raison de fortes pluies qui ont détérioré la qualité de l’eau de la Seine.

Paris – une vraie déception pour nager dans les eaux libres de la Seine. Le cours prévu le vendredi 4 août pour l’épreuve internationale de natation en eau libre prévue ce week-end a été annulé en raison de la pollution de la rivière, après les fortes pluies de ces derniers jours.

« Après de fortes pluies à Paris récemment, la qualité de l’eau de la Seine est actuellement en dessous des normes acceptées pour protéger la santé des baigneurs. » La Fédération française de natation (FFN) l’a indiqué dans un communiqué. la décision « annuler » Cette formation a donc été suivie en coordination avec la Fédération internationale de natation et partenaires de santé publique.

Mais à ce stade, la formation est seulement annulée.  » Les compétitions sont toujours prévues les 5 et 6 août, en attendant de nouveaux tests de qualité de l’eau, pour assurer la santé des athlètes », indique ce communiqué de presse.. Les organisateurs doivent se prononcer après 17 heures ce vendredi sur la préservation de l’événement, qui dépendra également des prévisions météorologiques du premier week-end d’août.

Ce test est comme « événement expérimental »Cela signifie une répétition pour les deux nageurs, mais aussi pour les organisateurs des JO de Paris car l’épreuve olympique sera identique l’été prochain au cœur de Paris, une dizaine de kilomètres de nage en boucles entre le pont Alexandre III et le pont de l’Alma.

Le premier manquement à la performance alors que l’Ile-de-France a connu des pluies quotidiennes plus ou moins fortes pendant une semaine. Un scénario noir pour les organisateurs car ils savent que de fortes pluies peuvent réduire la qualité de l’eau de la rivière en y retournant les eaux usées. Les résultats d’analyses de l’eau recherchent spécifiquement la présence des fameuses bactéries Escherichia Coli et des entérocoques.

« détérioration temporaire »

Il a plu à Paris Quatre fois plus que la moyenne des 20 dernières années.selon la préfecture de la région Ile-de-France, qui a fait état jeudi après-midi d’un Détérioration temporaire de la qualité de l’eau.

C’est pourquoi parmi les chantiers de l’Etat et des collectivités dans le but d’assimiler la Seine, il y a des ouvrages privés comme le Bassin d’Austerlitz, encore en construction, qui permet de stocker les eaux pluviales (50 000 mètres cubes), et exploite en 2024.

« Un an après les Jeux, la dynamique de l’assainissement se poursuit avec les plus importants travaux d’amélioration de la qualité de l’eau réalisés dans les mois à venir, notamment pour faire face à ces événements climatiques exceptionnels.Cela a été rapporté jeudi soir dans un communiqué conjoint entre le Comité d’organisation des Jeux olympiques (COJO), la Mairie de Paris et la Préfecture de la région Ile-de-France.

D’autres équipements sont en construction et seront mis en service en 2024 : les ouvrages prévus sur le bassin versant du Roux-Saint-Baudel (Seine-Saint-Denis), le VL 8 (captage à haut débit de 10 kilomètres situé entre l’Essonne et le Val-de -Marne, ndlr) et la station de dépollution des eaux pluviales du Val-de-Marne »Ils s’appellent.

Pour les JO, les organisateurs ont prévu depuis longtemps de pouvoir reporter les événements de deux ou trois jours, en cas d’orages et de fortes pluies.

Une autre épreuve test est programmée prochainement, le triathlon (17-20 août), dont la partie natation se déroulera dans la Seine. Ces compétitions dans les eaux du fleuve parisien sont un prélude à la future baignade promise par Anne Hidalgo pour l’année 2025, sur trois sites alors que la baignade y est interdite depuis 1923.

Voir aussi sur Si vous avez un poste :

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire