Cac 40 : La Fed et la BCE laissent la porte ouverte à une pause sur les taux, le CAC 40 gagne 2%

(BFM Bourse) – La Bourse de Paris termine en forte hausse après la réunion de la Banque centrale européenne qui ouvre la possibilité de ne pas aller plus loin sur les relèvements de taux. Le CAC 40 gagne plus de 2% malgré le gros gadin essuyé par Teleperformance.

L’optimisme est revenu à la Bourse de Paris, qui avait fort à faire avec le déluge de publications et les réunions des banques centrales, dont les conclusions ont été au goût des investisseurs.

Le CAC 40 achève cette journée éprouvante sur une word euphorique avec une hausse de 2,05%, à 7465,24 factors. Il s’agit de la plus forte development quotidienne depuis le 4 janvier (+2,30%). Bien orientée à la mi-séance, la place parisienne a accéléré ses beneficial properties dans l’après-midi, se voyant pousser des ailes avec l’espoir de voir les politiques de restriction monétaire des banques centrales toucher à leur fin.

Par la voix de sa présidente Christine Lagarde, la Banque centrale européenne laisse la porte ouverte à une pause dans ses hausses de ses taux directeurs après avoir relevé de 0,25 level de pourcentage son taux de référence à 3,75%, au plus haut depuis le printemps 2001. L’euro a immédiatement perdu du terrain après les déclarations de la banquière centrale, et cède désormais 0,8 % à 1,0999 greenback. Le greenback, de son côté, profite aussi de la publication d’une croissance américaine meilleure que prévu. Le PIB américain a progressé de 2,4% en rythme annuel au deuxième trimestre, contre une development de 1,8% espérée par les économistes.

La réunion de la Banque centrale européenne intervenait après celle de son homologue américaine. Et cette dernière a répondu aux attentes des investisseurs. La Fed a comme prévu relevé ses taux directeurs de 25 factors de base (0,25%) et a laissé le champ ouvert à de nouvelles hausses de taux sans s’y engager pour autant.

« Cette réunion a répondu à deux attentes clés de la communauté des investisseurs : une hausse de 25 factors de base (0,25 level de pourcentage) et un ton hawkish (restrictif, NDLR), même s’il est peu possible que la Fed procède à d’autres hausses à partir de maintenant. Compte tenu de l’ampleur du resserrement déjà opéré et de nos prévisions concernant la trajectoire de l’inflation, nous pensons qu’il s’agit de la dernière hausse du cycle de la Fed », analyse Invoice Papadakis, stratégiste senior de Lombard Odier.

>> Accédez à nos analyses graphiques exclusives, et entrez dans la confidence du Portefeuille Buying and selling

« En regardant les réponses plus détaillées données par Jerome Powell (le président de la Fed, NDLR) sur l’évolution du scénario (c’est-à-dire la croissance, l’inflation et le travail), il semble assez clair que le président de la Fed est en faveur de la pause, mais il est trop tôt pour le dire haut et fort aux marchés », considère de son côté Patrice Gautry, chef économiste de l’Union Bancaire Privée.

Déluge de résultats

Le marché a été également occupé à décortiquer l’avalanche de résultats d’entreprises. STMicroelectonics s’est offert la tête du CAC 40 (+8,9%) à la faveur d’une croissance trimestrielle ressortie légèrement supérieure aux attentes. Et pourtant, le titre du groupe franco-italien avait ouvert en nette baisse, perdant jusqu’à 4,1% en début de séance.

Même accueil pour Saint-Gobain (+4,6%), le spécialiste des matériaux de development a publié des résultats semestriels satisfaisants, bravant des marchés compliqués.

Au contraire, Teleperformance a lâché 16,9% alors que le groupe a publié une croissance décevante au deuxième trimestre et abaissé son objectif de development de ses revenus.

Airbus a également subi aussi des dégagements (-1,6%). Si les résultats ont dépassé les attentes, le groupe a décidé de ne plus faire référence à son objectif intermédiaire de manufacturing mensuelle d’A320 neo. De plus il n’a pas exclu des impacts indirects sur la manufacturing pour 2024 et 2025 liés à des soucis de moteurs sur le parc d’avions existants de Pratt&Whitney.

Hors CAC 40, Sopra Steria a enchanté les marchés (+11,9%) après avoir relevé sa cible de croissance organique pour 2023. Le titre clôture non loin des ses plus hauts historiques à 208 euros, touchés en cours de séance.

Seb a limité sa hausse à 2,7% après avoir indiqué avoir renoué avec la croissance au deuxième trimestre et relevé ses views.

A contrario Nexity (-12,6%) a connu une séance difficile. Le promoteur immobilier a revu à la baisse ses views pour l’année 2023 devant une dégradation plus importante que prévue des circumstances de marché au premier semestre.

Le pétrole progresse. Le contrat sur le Brent de mer du Nord avance de 1,2% à 83,56 {dollars} le baril tandis que celui de même échéance sur le WTI côté à New York avance de 1,5% à 79,98 {dollars}.

Sabrina Sadgui – ©2023 BFM Bourse

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire