Des chercheurs ont enfin révélé les secrets du long Covid

Pourra-t-on enfin répondre aux problèmes de santé des malades du Covid long ? Des chercheurs américains et britanniques viennent de publier des résultats qui devraient permettre de mieux diagnostiquer et prendre en charge ces patients.

Trois ans après l’apparition des premiers cas, les chercheurs commencent enfin à percer les secrets du Covid long. Géraldine Zamanski, journaliste santé pour France 5, décrypte les résultats impressionnants publiés cette semaine par les équipes britanniques et américaines ?

France Info : De quels résultats parle-t-on ? Quels sont les impacts tangibles pour ces patients, dont certains présentent encore des symptômes liés au Covid long ?

Géraldine Zamanski : Oui, il s’agit avant tout d’une visualisation des séquelles du passage du virus sur le cerveau, les poumons et les reins, grâce à l’IRM haute résolution. Les patients en question avaient été hospitalisés pour cause de Covid, cinq mois plus tôt. Même le Dr Betty Raman, qui a coordonné le suivi à l’Université d’Oxford, a été surprise. Tout d’abord, une bonne nouvelle pour le cœur, qui semble pouvoir bien récupérer.

Mais pas le cerveau ?

Façon efficace. Elle m’a expliqué que le cerveau avait des cicatrices. Causé par un type de micro-accident. Les images montrent également une légère diminution de la taille des zones responsables de la mémoire par exemple. Enfin, le Dr Raman m’a décrit les différents dommages causés aux poumons et aux reins. Avec une conclusion claire : plus les dommages objectifs aux organes sont importants, plus la santé physique et psychologique des patients concernés se dégrade.

Mais quelle est la cause de ces dégâts ?

Selon une découverte quasi simultanée de cette équipe, il s’agirait de la formation de petits caillots sanguins. Ils bloquent la circulation sanguine vers certains vaisseaux de ces organes. C’est l’hypothèse que m’a présentée le Dr Maxime Taquet, un collègue du Dr Raman.

Parce qu’ils ont trouvé un lien entre une coagulation excessive au début de la maladie, « l’usine à caillots », et l’apparition de symptômes longs du Covid des mois plus tard. Rappelez-vous, je viens de vous parler des micro-accidents dans le cerveau. Cela correspond bien aux problèmes décrits par les patients, comme le « brouillard cérébral » qui rend la concentration difficile.

De plus, une équipe américaine a montré que ces personnes combattaient peut-être encore le virus ?

C’est une méthode que Sasha Tabachnikova, de l’Université de Yale, m’a présentée. Ils ont constaté un excès d’anticorps dans le sang de ces patients, dans le but de lutter contre le virus Corona. Comme s’il était toujours là. De plus, cela aurait pu réveiller le virus d’Epstein-Barr, un virus généralement « dormant » dont nous sommes presque tous infectés. Ces découvertes donnent bien sûr des idées de traitement. Elle pourrait permettre de diagnostiquer le Covid long, avec une simple prise de sang !

>>> lire

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :