Gérard Larchet est réélu président du Sénat pour la cinquième fois

Gérard Larchet a été réélu président du Sénat pour la cinquième fois. François Gillot/AFP

Sans surprise, la majorité sénatoriale vient de réélire le sénateur des Yvelines de 74 ans à la présidence du Sénat.

On s’attendait à ce qu’il soit réélu. C’est désormais officiel. Gérard Larchet a été reconduit lundi dans ses fonctions de président du Sénat, avec 218 voix sur 348 possibles. La sénatrice LRD Evelyn revient donc sur «plateau», un siège qu’il a occupé de 2008 à 2011, et qu’il a reconquis depuis 2014. Son renouvellement ne faisait aucun doute puisqu’il a été désigné mercredi dernier comme candidat officiel par son groupe, première force politique au Sénat. Il bénéficiait également du soutien de l’Union du Centre, autre composante de la majorité sénatoriale.

C’est la cinquième fois que Gérard Larchet est élu président du Sénat. Le parlementaire de 74 ans, ancien maire de Rambouillet et ministre de 2004 à 2007, restera donc l’un des interlocuteurs privilégiés du pouvoir exécutif au sein du Sénat dominé par la droite. Troisième personnalité du pays, il pourrait jouer un rôle clé dans certains futurs projets de loi du gouvernement, comme le projet de loi sur l’immigration, qui sera discuté à partir de novembre au Palais du Luxembourg. Au Sénat, son rôle s’est fortement renforcé depuis les élections législatives de 2022, qui ont privé le Président de la République de la majorité absolue à l’Assemblée nationale.

Petite concurrence

Huit jours après les élections sénatoriales, au cours desquelles il a été réélu pour un sixième mandat de sénateur, Gérard Larchet a remporté ce match à quatre qui l’opposait à Patrick Kanner (64 voix), chef du groupe Parti socialiste, et Cécile Cukierman. (20 voix). (voix), le nouveau leader des communistes au Sénat, et Guillaume Gontard (18 voix), le patron des écologistes. Les groupes du Rassemblement social et démocratique européen et des indépendants (proches du parti Afek d’Édouard Philippe) ont décidé de ne présenter aucun candidat contre la poussée de droite.

Dans sa Confession de foi envoyée le 25 septembre, Gérard Larchet exigeait que le Sénat reste «Une association indépendante qui résiste aux impulsions et aux excès du moment, une association qui croit que la diversité est une richesse, et que le dialogue est nécessaireIl a également évoqué son désir de rester en contact étroit avec…Des élus locaux qui assurent la cohésion du pays« Basé sur »Poursuivre l’énorme projet qu’il a lancé sur l’application de la loi, la surveillance et la décentralisation« .avec un but »Créer de la proximité, simplifier et mettre fin à l’accumulation de normes qui découragent les élus locaux».

« Conseil de débat apaisé »

Après sa réélection, Gérard Larchet a repris place sur scène et a prononcé un discours qui a duré une dizaine de minutes. favorise « Deux chambres« Le président du Sénat s’est engagé à »Présidence dans le respect des différentes sensibilités« Basé sur »Ils n’ont que l’intérêt du pays comme boussole». «Il existe au Sénat une manière particulière d’exercer la fonction parlementaire, avec calme, sérieux et détermination.« Il a ordonné »La meilleure façon« Selon lui »Réparer l’état déchiré».

«Nous devons rester une association de débat apaisé», a encouragé le sénateur des Yvelines, en saluant les trois autres candidats. En référence à la situation politique sans précédent que connaît l’Assemblée nationale, il a ajouté : «Le Sénat est plus que jamais au cœur de nos vies démocratiques».

 » data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js » >

    (Tags à traduire)Sénat

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire