Giorgio Napolitano, ancien président italien, est décédé à l’âge de 98 ans

 » data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js » >

Toute la classe politique italienne a rendu hommage à ce Napolitain né sous Mussolini le 29 juin 1925.

L’ancien président italien Giorgio Napolitano (2006-2015), leader historique du Parti communiste et promoteur de la construction européenne, est décédé vendredi à l’âge de 98 ans. Toute la classe politique de la péninsule a rendu hommage à ce Napolitain né sous Mussolini le 29 juin 1925 et qui a connu plusieurs gouvernements comme chef d’État en Italie aux exécutifs chroniquement instables.

Giorgia Meloni, leader du parti nationaliste Fratelli d’Italia et « président du conseil d’administration«Depuis octobre 2022 présenté grossièrement»Mes plus sincères condoléances» De son gouvernement à la famille de l’ancien président. L’actuel président de la République, Sergio Mattarella, a rappelé l’engagement européen de l’ancien député de Strasbourg qui a dirigé «Batailles importantes pour le développement social, la paix et le progrès en Italie et en EuropeDans un télégramme à sa veuve, le pape François, en déplacement à Marseille, a salué celui qui a consacré son œuvre politique à préserver «Unité et harmonie« De son pays.

Garant de la stabilité du pays

Giorgio Napolitano, considéré pendant des années comme le garant de la stabilité de l’Italie, a été élu en 2006. Il comptait prendre sa retraite à la fin de son premier septennat, au printemps 2013, après les élections législatives. Mais les résultats très serrés des élections et l’incapacité des grands partis à se mettre d’accord sur un successeur potentiel l’ont contraint à reprendre ses fonctions. Mais depuis son discours d’investiture, il s’est montré particulièrement dur envers les dirigeants politiques qu’il a dénoncés.Surdité» Face aux exigences du pays, il annonce qu’il ne restera pas sept ans supplémentaires et démissionne en janvier 2015.

De la démission de Romano Prodi en 2008 après seulement deux ans au gouvernement jusqu’à l’arrivée de Matteo Renzi en février 2014, en passant par les démissions de Silvio Berlusconi, Mario Monti et Enrico Letta, Napolitano a traversé une phase particulièrement mouvementée en Italie. Connu pour sa modération, sa prudence et son sens de l’étatisme, il fait partie des groupes universitaires fascistes comme la plupart des étudiants de Mussolini, mais en même temps il s’engage, dès l’âge de 17 ans, dans un groupe communiste. Résistants, avant d’adhérer au parti en 1945 et d’être élu pour la première fois député en 1953.

Bien qu’il fût réformiste, il accepta de réprimer la rébellion de Budapest, qui fut écrasée par les chars soviétiques le 4 novembre 1956. M. Napolitano s’est rendu à Budapest en 2006 pour rendre hommage sur la tombe du chef de la rébellion, Imre Nagy.

 » data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js » >

    (Tags à traduire)Italie

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire