La Tunisie et l’Algérie étouffent sous une canicule historique

Le thermomètre mondial est toujours en panique. La Tunisie, lundi 24 juillet, même dans le nord plus doux du pays, a approché 50 degrés, soit 6 à 10 degrés de plus que la normale pour la saison, provoquant des pannes de courant et obligeant les familles à dormir sur les plages.

En Algérie voisine, les autorités sont en alerte, car des pics peuvent atteindre 48 degrés localement dans cinq provinces de l’Est : Jijel, Skikda, Annaba, El Tarf et Guelma, qui sont placées en « alerte orange ».

Au lendemain de cette « canicule sans précédent », le groupe énergétique public Sonelgaz a indiqué avoir enregistré dimanche un pic de consommation de 18.697 mégawatts. Les climatiseurs sont devenus très chers (plus de 500 euros contre 300 auparavant) voire introuvables.

Dans les deux pays, des incendies ont été enregistrés au milieu d’une végétation surchauffée et ont été privés d’eau pendant des semaines.

En Algérie, des feux de forêt et des mexis ont fait 15 morts et 26 blessés dans la nuit de dimanche à lundi, et ont nécessité l’évacuation de 1.500 personnes dans les régions du nord et de l’est. De l’autre côté de la frontière avec l’Algérie, près de Tabarka dans le nord-ouest de la Tunisie, de nouveaux incendies se sont déclarés, après les premiers incendies éteints en milieu de semaine.

Utilisation intensive des climatiseurs

Des températures anormalement élevées pour juillet ont provoqué des coupures de courant ces derniers jours. Public Steg a expliqué avoir décidé de maintenir les performances du réseau. Ce délestage se produit pendant une demi-heure à une heure, notamment en période de forte consommation.

Le 10 juillet, un record de 4 692 mégawatts d’électricité a été enregistré, en raison de l’utilisation intensive des climatiseurs.

Les Tunisiens des quartiers populaires viennent, souvent sans climatisation, le soir dormir sous des tentes sur les plages de Carthage ou de La Marsa au nord de Tunis.

Lire aussiParis, capitale européenne à haut risque en cas de canicule

Sur les réseaux sociaux, de nombreux Tunisiens se sont moqués du pic de chaleur attendu lundi, comparant la Tunisie à Qanun, un brasero traditionnel.

D’autres ont posté des prières pour mettre fin à la canicule, qui a duré plus de deux semaines.

Ailleurs au Maghreb, au Maroc et en Libye, les températures ont été plus conformes aux normales saisonnières.

Avec l’AFP

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire