Le lanceur Vega-C ne volera à nouveau qu’au quatrième trimestre 2024

Quand on ne veut pas, on ne veut pas… L’Agence spatiale européenne (ESA) va de déception en déception concernant les lance-roquettes entre les retards répétés d’Ariane 6 et l’échec technique de Vega-C, le deuxième Satellite. Dont le lancement a été un échec total (VV22) en décembre 2022. La rampe de lancement italienne sous la maîtrise d’œuvre d’Avio n’est pas prête à voler à nouveau. L’Agence spatiale européenne a annoncé lundi lors d’une conférence de presse que Vega-C ne devrait reprendre ses vols qu’au dernier trimestre 2024. Le surcoût lié à la remise en vol de Vega-C devrait s’élever entre 25 et 30 millions d’euros, compris dans le financement de l’agence. L’espace européen sur lequel les États membres ont voté l’année dernière, selon le directeur des transports spatiaux de l’agence, Toni Tolker-Nielsen.

L’Agence spatiale européenne considère le retour du vol Vega-C comme un… « Une priorité stratégique pour assurer l’accès indépendant de l’Europe à l’espace ». Au cours des six premiers mois de l’année, Arianespace a lancé en juillet dernier un seul lanceur Ariane 5 pour le compte de l’Agence spatiale européenne alors que l’américain SpaceX effectuait 43 lancements de sa fusée Falcon 9 – soit près de deux par semaine – et le chinois CASC 18 .

Nouveau dysfonctionnement technique de la buse

Après l’échec de décembre 2022, une commission d’enquête indépendante a fait des recommandations « Pour assurer un retour en vol fiable et un fonctionnement robuste »L’Agence spatiale européenne a expliqué. L’une des recommandations était de procéder à la qualification de la nouvelle tuyère de lancement avec un nouveau matériau carbone-carbone différent de celui précédemment utilisé dans Zefiro40, le moteur du deuxième étage de Vega-C. Mais le 28 juin, un essai statique du moteur Zefiro40 modifié, réalisé au banc d’essai de Salto di Quirra en Italie, s’est révélé très médiocre. Au cours des tests, la tuyère du moteur a subi de nouveaux dommages importants.

Dans ses conclusions révélées lundi, la commission d’enquête indépendante a souligné que « dans la conception actuelle de la buse, la combinaison de la géométrie de la fixation du col et des différentes propriétés thermomécaniques du nouveau matériau a provoqué des dommages progressifs à d’autres parties adjacentes de la buse ». la buse. La buse et sa détérioration progressive qui conduit finalement à sa panne.

Le directeur général de l’ESA, Joseph Aschbacher, a créé un nouveau comité d’enquête indépendant dirigé par l’inspecteur général de l’ESA Giovanni Colangelo et composé d’experts du Centre national d’études spatiales français, de l’Agence spatiale italienne (ASI), de l’Agence spatiale européenne, d’Arianespace et du monde universitaire pour comprendre la cause de l’anomalie du test et proposer de nouvelles recommandations. La commission d’enquête indépendante a conclu que la conception des buses provoquait « Dommages progressifs aux autres parties adjacentes de la buse et, éventuellement, détérioration progressive, conduisant à une défaillance de la buse..

Revenez en arrière et terminez la vega

La commission d’enquête a donc formulé une nouvelle série de recommandations, parmi lesquelles la nécessité d’améliorer la conception des tuyères du moteur Zefiro40 et de réaliser deux tests statiques supplémentaires afin d’assurer un retour en vol fiable et une exploitation commerciale robuste du Vega-VS. Dans ce cadre, un groupe de travail dirigé par l’ESA et Avio a été créé, qui s’engage à mettre en œuvre les recommandations de l’enquête et commencera à les mettre en œuvre immédiatement. « Nous devons changer le design » Depuis la buse du Zefiro 40, le président d’Avio, Giulio Ranzo, a résumé lors d’une conférence de presse. Une fois de retour en vol, la priorité sera de faire en sorte que les lancements de Vega-C s’accélèrent au rythme de quatre à cinq lancements par an, a déclaré le président d’Arianespace, Stefan Israel, qui dans son carnet prévoyait 16 lancements de Vega-C.

Avant le retour en vol de Vega-C fin 2024, Arianespace pourra néanmoins exploiter ses deux derniers lanceurs Vega. Les problèmes observés sur le Vega-C ne sont pas liés à ceux observés sur le Vega. Ainsi, la prochaine mission (VV23) est prévue le vendredi 6 octobre : Vega devrait décoller du Centre spatial guyanais de Kourou en Guyane française. La rampe de lancement italienne placera les satellites sur une orbite héliosynchrone et transportera le satellite thaïlandais d’observation de la Terre THEOS-2 et le satellite météorologique taïwanais Formosat-7R/Triton ainsi que dix passagers auxiliaires. Enfin, un autre vol Vega aura lieu au deuxième trimestre 2024.