Le parquet demande le renvoi du parti, Marine Le Pen, et de vingt-six autres prévenus devant le tribunal correctionnel.

Marine Le Pen lors de sa rentrée politique le 10 septembre 2023 à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais).

Il s’agit du dernier développement d’une enquête judiciaire de huit ans. ans, ouvert après un rapport du Parlement européen. Lundi 18 septembre, le parquet de Paris a requis le renvoi devant le tribunal correctionnel de onze anciens députés européens du Front national du chef de « détournement de fonds publics » – auxquels s’ajoutent les chefs d’accusation de « Rassemblement national ». . « Collusion, sur instructions, dans des détournements de fonds publics » par Jean-Marie Le Pen et Marine Le Pen – et treize collaborateurs parlementaires pour dissimuler ou conspirer avec le même dirigeant, ainsi que trois personnes – prestataires de services et l’ancien président. Le trésorier FN Wallerand de Saint Just – pour « complicité, par voie d’aide et d’assistance, de détournement de fonds publics ». Le Rassemblement national, en tant que personne morale, est également concerné par cette demande de saisine.

Tous sont soupçonnés d’avoir participé à un système visant à financer les dépenses du Front national par l’intermédiaire du Parlement européen, entre 2004 et 2016, en nommant des assistants parlementaires ayant effectivement travaillé pour le parti. « Il n’y avait rien d’accidentel ou d’exceptionnel dans les situations considérées.écrit aux juges dans un acte d’accusation de 197 pages qu’il a consulté le monde. (ses) Transferts (…) Ils faisaient partie d’une administration dirigée par les dirigeants successifs du Front National et s’organisèrent peu à peu en un système véritablement centralisé, (pendant que la fête était en cours) En grande difficulté financière. »

« Vision politique »

Le mal de ceci  » Système « , calculé sur la période 2009-2017, et estimé à 6,8 millions d’euros par le Parlement européen. Une petite partie des salaires des députés européens encore élus a été récupérée, à la suite d’une enquête administrative menée par Bruxelles. Mais il reste encore d’importantes sommes d’argent qui n’ont pas été récupérées, notamment celles liées à Marine Le Pen. En juillet, elle a payé les 326 401 € qui lui étaient dus après une décision contraignante du Parlement européen.

Mais pour le leader du Front national, l’enjeu le plus important reste l’aspect judiciaire. Le délit de « détournement de fonds publics » pourrait entraîner une peine d’interdiction de dix ans s’il est reconnu coupable, ce qui mettrait un terme à ses ambitions présidentielles. « Il n’est pas surprenant que le parquet adopte la même philosophie que le MDM (Qui sera jugé pour les mêmes accusations en octobre) Et peut-être demain à La France insoumiseMarine Le Pen a répondu proche lundi. Nous remettons en question cette vision, qui nous semble erronée, du travail des représentants de l’opposition et de leurs adjoints, qui est avant tout politique.», elle a ajouté. Le Parlement européen l’a annoncé par la voix d’un de ses avocats, Patrick Maisonneuve.  » (prise) Loi portant création du poste de procureur général, position pleinement partagée par le Parlement..

Il vous reste 59,59% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire