« Les braises brillent encore », préviennent une soixantaine d’élus dans un article publié par France Inter.

Des élus des communes et des capitales, de tous partis politiques, ont publié un article sur France Inter, afin de mieux prendre en compte les quartiers prioritaires, trois mois après les émeutes qui ont suivi la mort de Nahel.

Trois mois après les émeutes qui ont frappé de nombreux quartiers à travers la France suite à la mort de Nahil, « La plupart des facteurs qui alimentent la détresse sont toujours présents et les braises brûlent toujours. »alertant le gouvernement, une soixantaine d’élus aux niveaux communal et des grandes villes de tous partis politiques dans une tribune publiée par France Inter, samedi 23 septembre.

>> Après la mort de Nahil, la question de la réforme de la police plonge le camp présidentiel dans l’embarras

Ils dénoncent « fillings » ceux qui ont « Malheureusement, un missile. » Depuis les violences urbaines du début de l’été, c’est vrai « La politique de la ville a été moquée et accusée d’échec malgré les nombreuses réussites individuelles et collectives de nos quartiers populaires. »

A quelques semaines du prochain conseil ministériel de la ville, prévu début octobre prochain, ils le réclament « Une rupture dans l’approche des politiques publiques dans nos quartiers. »Et aussi A « Une révolution réelle et vitale dans le rôle et l’existence de l’État, dans les ressources humaines et matérielles dont disposent les territoires, et une politique volontariste de mixité sociale sur l’ensemble des territoires. »

Les élus sont ouverts au dialogue sur les questions d’éducation, de maintien de l’ordre ou de service public

Garantie de confiance « Les vertus de l’échange permanent entre le local et le national »souhaitent réaffirmer leur position « Ouverture au dialogue sur plusieurs principes et façons de travailler » : Relation avec la police, l’éducation, le logement et les services publics.

Les élus suggèrent notamment de donner la priorité aux quartiers « Ville éducative »Et ici c’est autorisé « L’accueil éducatif des jeunes dès le plus jeune âge jusqu’à leur insertion professionnelle ».

« Redonner à nos citoyens (…) le sentiment d’appartenance à la patrie. »

Idriss Al-Tazzawi, adjoint au maire d’Evreux

France Inter

Parmi les signataires de la tribune, on retrouve les maires de Lyon (Rhône) et de Grenoble (Isère), Grégory Doucet et Eric Piolle, outre le maire de Sarcelles (Val-d’Oise), Patrick Haddad, maire de Lyon (Val-d’Oise). ‘Oise). Scuau (Hauts-de-Seine), Philippe Laurent, maire de Trappes (Yvelines), Ali Rabah, maire d’Arras (Pas-de-Calais), Frédéric Leturc.

Il a été sollicité par France Inter, adjoint au maire d’Evreux et député. « Villes et banlieues »Idris Al-Tazzawi, qui participera au conseil ministériel de la ville, appelle le gouvernement à agir « Redonner à nos citoyens, en particulier à nos plus jeunes, le sentiment d’appartenir à la nation, et que nous ne sommes pas des enfants du quartier, mais des enfants de la république. »

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire