Les soins dentaires de moindre qualité seront remboursés à partir du 15 octobre

C’est un coup dur pour les patients qui ne disposent pas d’une complémentaire santé. Et augmenter les cotisations mutuelles provenant des autres.

Le 15 juin, la Sécurité sociale a annoncé une réduction des remboursements des soins dentaires de 70 à 60 % au 1er octobre 2023. La décision a été prise sans consulter la profession ni les complémentaires santé, et encore moins les associations de santé. Cela a suscité de vives critiques. Il ne sera définitivement mis en œuvre que le 15 octobre.

Le coût des mutuelles risque d’augmenter

Pour les assurés qui ne bénéficient pas d’une complémentaire santé (ils étaient 2,5 millions en 2019), cette diminution des remboursements équivaut à une augmentation de leurs restes à charge. (Voir le tableau ci-dessous). La fédération des associations de patients, France Assos Santé, craint qu’ils abandonnent encore davantage le recours aux soins.

Pour d’autres, les compléments de santé couvriront la différence. Mais transférer les accusations ne sera pas facile. Car si la Sécurité sociale dépend d’une économie de 500 millions d’euros, la complémentaire santé n’est pas prête à payer la facture. Ils transféreront donc ce coût vers les cotisations. « Ce déplacement des charges (…) aura inévitablement un impact sur les équilibres économiques des organisations complémentaires et affectera le niveau des cotisations. »C’est ce qu’a prévenu l’Union nationale des organismes d’assurance maladie complémentaire (Unocam).

Une augmentation irréversible des dépenses à la charge des patients

(Exemples, avant remboursement par complémentaire santé)

Financer la « transition préventive »

Pourquoi avez-vous décidé de transférer ces accusations ? financer « Rôle préventif » De spécialisation « Historiquement orienté vers la réforme et le traitement », précise le ministère de la Santé. Alors que l’objectif d’une « génération sans carie » a été fixé en juin, la contrepartie de l’amortissement n’était pas encore claire.

L’Accord Dentaire 2023-2028, signé le 21 juillet 2023, en a tracé les grandes lignes : une augmentation de 4 % de la valeur des soins conservateurs pour tous, une réduction de 30 % des actes préventifs pour les enfants de 3 à 24 ans et une prise en charge des soins annuels. examen buccal et traitement dentaire de 3 à 24 ans. 1 an, couverture étendue avec vernis fluoré, qui va de 6 à 10 ans, passant de 3 à 24 ans…

Lire aussi >>> Mutuelle Santé : 10 Conseils pour bien choisir son contrat

Mesures incohérentes

Ce sont les personnes âgées de 3 à 24 ans qui sont ciblées par la commutation préventive : l’objectif est d’inciter ces jeunes à consulter des soins préventifs et d’éviter qu’ils aient recours ultérieurement à des soins réparateurs plus coûteux. Mais avec le nouvel accord, deux écarts apparaissent. La première est qu’en réévaluant les mesures de prévention spécifiquement destinées aux enfants de 3 à 24 ans, les coûts supportés par les jeunes sans assurance complémentaire sont supérieurs à ceux supportés par le reste de la population. (Voir le tableau).

La seconde est que si, d’une part, davantage d’examens oraux sont couverts à 100 % (en passant d’un examen tous les trois ans à un examen tous les ans), alors d’autre part, « Il ne sera pas forcément possible de réaliser un traitement ultérieur également pris en charge à 100 %déplore Nathalie Delphine, présidente de la Fédération des chirurgiens dentistes. La couverture par l’assurance maladie ne sera que de 60 %.. Un patient qui ne bénéficie pas de supplément devra payer la différence.

« Le désir de se concentrer sur la prévention et d’augmenter les examens bucco-dentaires chaque année tout en augmentant le ticket modérateur et en éliminant les soins de suivi de 100 % est totalement incohérent ».admet Julien Cardona, des Chirurgiens Dentistes de France (CDF).

Lire aussi >>> Infection des voies urinaires : est-il impossible d’obtenir des antibiotiques sans ordonnance ?

    (balises à traduire) Santé 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :