Machines à café Renica, Bugatti

  • Les machines à café professionnelles Reneka sont conçues et assemblées à la main dans le petit village de Rosheim près de Strasbourg.
  • Centennial propose des professionnels du monde entier dans un secteur hautement compétitif.
  • Si 79 % de ses ventes sont réalisées à l’international, la petite entreprise alsacienne compte bien reconquérir le marché français, souvent occupé par les Italiens.

Bien qu’aussi bien construites que les Bugatti, les voitures de luxe sont assemblées à quelques kilomètres seulement et les machines à café professionnelles Reneka sont conçues avec les dernières technologies et assemblées à la main dans le petit village de Rosheim, près de Strasbourg. Centennial, une entreprise qui fabriquait également des pièces chromées pour le prestigieux constructeur automobile Bugatti, approvisionne les torréfacteurs et les distributeurs du monde entier depuis près de quatre-vingt-dix ans.

Reneka est le seul concepteur et fabricant de machines à café professionnelles en France, reconnu par les professionnels pour leur fiabilité et leur facilité d’utilisation mais aussi pour leurs innovations techniques comme le diffuseur vapeur ou le percolateur à café. Plus que de simples machines à café, ce sont des œuvres d’art artisanales que les professionnels aiment voir dans leur établissement. Métal, bois, chrome, comptoirs, etc.

Machine à café Reneka, modèle maison familiale – G. Varela / 20 min

Certains clients étrangers se sont même permis d’aller au-delà des options proposées, pourtant déjà nombreuses, pour commander du revêtement doré ou des enseignes lumineuses découpées au laser… Une fabrication au savoir-faire très français et aux brevets déposés permet à une petite entreprise alsacienne résister Dans un marché très concurrentiel, il est principalement occupé par les machines professionnelles italiennes, ou suisses pour celles destinées aux particuliers utilisateurs de Nespresso.

« Montrez vos connaissances »

Si l’entreprise alsacienne réalise 79 % de ses ventes à l’international, elle ne compte pas voir son avenir en France dans le marc de café et prend les devants. « Le marché français repose principalement sur la location de machines auprès des torréfacteurs », précise Cher Hermich, directrice de la communication chez Renica. « Nous accordons moins d’attention au matériel lorsque nous le louons, cette situation n’est donc probablement pas très adaptée à nos machines haut de gamme », explique Renica. Quoi qu’il en soit, l’entreprise avec un chiffre d’affaires de 5,6 millions de dollars en 2022 (dont un million en France) veut « reconquérir le marché français et rendre les Alsaciens fiers de posséder des machines à café haut de gamme », annonce Scheer-Hermich.

Portée par la forte augmentation de la consommation mondiale de café, de l’ordre de 3,3% en 2022-2023 selon Renica, l’entreprise, qui compte moins d’une trentaine de salariés, développe son segment destiné aux particuliers, avec un modèle plus petit : la maison familiale. Le créneau « contribue à rendre la marque reconnaissable auprès du grand public français et donc aussi des professionnels », se réjouit Cher Hermich.

Actuellement, l’entreprise fabrique environ 2 000 machines en moyenne chaque année, sans avoir besoin de gérer de stocks, car elles sont fabriquées sur commande. « Oui, développez-vous, mais dans un réseau sacré », souligne Shir Harmish. Un réseau qui respecte notre méthodologie et notre manière traditionnelle de travailler. Oui, conquérir de nouveaux marchés, mais en restant à un niveau humain. « Le secret de cette réussite est définitivement alsacien.




Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire