Marine Le Pen menacée d’être poursuivie pour « détournement de fonds publics », un coup dur pour le Front National

Marine Le Pen, cheffe du parti Rassemblement national à l'Assemblée nationale, à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), le 10 septembre 2023.

Marine Le Pen devant le tribunal ? Cette perspective s’est encore accentuée, vendredi 22 septembre, avec la mise en examen du parquet de Paris dans l’affaire des faux emplois européens : il demande la poursuite du Rassemblement national (RN) et de vingt-sept personnes, dont Marine Le Pen et son épouse. père. Jean-Marie Le Pen, accusé de « détournement de fonds publics ». Tous sont soupçonnés d’avoir participé à un système visant à financer les dépenses du Front National (devenu Front National en 2018) grâce au Parlement européen, entre 2004 et 2016, en nommant des assistants parlementaires qui travaillent effectivement pour le parti lointain. . La bonne fête.

Lire aussi : Le matériel est réservé à nos abonnés Collaborateurs du Front national au Parlement européen : Le parquet demande que le parti, Marine Le Pen, et vingt-six autres prévenus soient déférés devant le tribunal correctionnel.

Cette semaine, interrogé sur la mise en examen imminente, un proche de Marine Le Pen faisait déjà le calcul : son patron devrait être jugé en 2025, deux ans avant l’élection présidentielle, où elle compte se présenter une quatrième fois. Pouvoir judiciaire suprême. En cas de recours, puis de recours devant la Cour suprême, l’entourage de Marine Le Pen est persuadé qu’une décision définitive ne sera pas rendue avant l’échéance. Mais la menace de disqualification pèse lourd sur celle qui déclare, lundi 18 septembre, à 20 heures sur TF1 : « filtre naturel » Son camp pour 2027.

D’autres dirigeants du Front national, le maire de Perpignan, Louis Alliot, et les députés Julien Odoul (Y) et Timothy Hussein (Y) pourraient se retrouver devant la justice, soupçonnés d’avoir bénéficié de subventions des contribuables européens pour financer l’activité de leur parti. Contre le RN, le parquet demande un procès pour « collusion » et « dissimulation de détournement de fonds publics ».

Lire aussi : Collaborateurs du Parlement européen : l’enquête visant le parti Front National est la plus accablante

Un sombre scénario pour le parti, en constante progression dans les sondages, et pour son incarnation, que ses supposés opposants qualifient de présidentielle. Le danger est pour le Front National, qui s’est toujours targué d’être un parti politique « Pas comme les autres »à jeter au combat « Tout est corrompu ». Un renvoi en justice mettrait également à mal ses critiques sur l’utilisation des fonds versés à l’UE et sur l’éthique de ses institutions : le Parlement européen estime les dommages à environ 6,8 millions d’euros, entre 2009 et 2017. «Le Front National dénonce les faiblesses et le prétendu manque d’éthique de l’Union européenne« , fait référence à l’eurodéputée Nathalie Loiseau (Renouveau). Je regrette que la justice ne se soit pas encore prononcée sur l’intégrité du Front National et sur l’intégrité de ses adhérents. »

« Des mains propres, la tête haute »

Le Front national a longtemps fait de la condamnation des scandales politiques et financiers son argument électoral, et cette stratégie a culminé lors des élections législatives de 1993, lorsqu’une affiche pour Jean-Marie Le Pen portait le slogan “Des mains propres, la tête haute…”. Référence à la révélation en Italie d’un système de corruption et de financement illicite de partis politiques : Opération Clean Hands. L’expression continuera d’accompagner le fondateur du Front national lors des élections présidentielles de 2002 et 2007.

Il vous reste 55,41% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire