Une nouvelle étape franchie avec la fin du déploiement du Ségur Digital Wave 1

La Délégation au Numérique Santé (DNS), l’Agence du Numérique Santé (ANS) et la Caisse Nationale de l’Assurance Maladie (Cnam) présentent une première évaluation de la première vague du Ségur numérique.

Programme Ramsey pour la politique de santé numérique

Le programme numérique Ségur a été lancé en 2021 et vise à Généraliser le partage transparent et sécurisé des données de santé entre les professionnels de santé et avec le patient. Avec un investissement sans précédent de 2 milliards d’euros d’ici 2026, il représente un accélérateur massif pour mettre le numérique au service de la santé.

C’est aussi une nouvelle façon de gérer les politiques publiques en :

  • Déployer les infrastructures nationales nécessaires à notre souveraineté, notamment dans le domaine de la santé,
  • Co-construction permanente avec les associations de patients, les représentants des professionnels de santé, les institutions et entreprises du secteur,
  • Et l’intervention sans précédent de l’État dans la mise à jour des logiciels destinés aux professionnels de santé.

Une étape importante a été franchie avec succès le 20 septembre, avec l’achèvement du déploiement du logiciel Wave 1 dans le secteur de la santé.

Le 20 septembre est la date limite d’installation des mises à jour du programme « Ségur vague 1 » par les éditeurs indiqués par l’Agence du numérique santé. Lancée durant l’été 2021, cette aventure collective a fortement mobilisé les entreprises du numérique de santé et les pouvoirs publics pour améliorer l’interopérabilité et la sécurité des logiciels que les soignants utilisent au quotidien.

Selon la première évaluation intermédiaire, Plus de 99% des mises à jour prévues ont déjà été déployées sur le terrainC’est grâce à la large mobilisation de plus d’une cinquantaine d’usines de santé numérique. Une masse critique d’établissements de santé et de professionnels de santé disposent désormais d’un logiciel permettant, pour chaque épisode de soins, de renseigner le profil « espace santé » d’un patient et d’envoyer les informations pertinentes aux journalistes de santé via une messagerie sécurisée.

Cette ambition est cruciale pour que les patients puissent contrôler leurs données de santé comme l’exige la loi. Il est également important que les professionnels aient accès à des services simples et sécurisés pour partager des données de santé et évitent d’utiliser des messageries publiques non sécurisées.

Type d’industrie et de logiciel Taux d’installation des mises à jour requises Équipement efficace avec le programme « Wave 1 ».
Hôpital – Référentiel d’Identité 98,6% Environ 2 000 établissements de santé représentent plus de 80% de l’activité hospitalière du pays
Hôpital – dossier patient informatisé 98,5% Environ 2 000 établissements de santé représentent plus de 80% de l’activité hospitalière du pays
Hôpital – plateforme de médiation 97,7% Environ 2 000 établissements de santé représentent plus de 80% de l’activité hospitalière du pays
CITY DOCTORS – Logiciel de gestion de cabinet 99,4% Plus de 51 000 médecins libéraux
Imagerie – systèmes d’information radiologique 92,2% Plus des trois quarts de la radioactivité
Biologie médicale – Systèmes de gestion de laboratoire 95,6% +70% des implantations du district médical de la ville
Bureaux municipaux – Logiciel de gestion de pharmacie 98,7% Plus de 20 mille pharmacies

Les opérations de l’Agence du Numérique de Santé et de son sous-traitant, l’Agence des Services et des Paiements, se poursuivront jusqu’à la fin de l’année pour garantir que les éventuelles réserves exprimées par les établissements et les professionnels de santé soient résolues et que les processus de suivi et de paiement pour la modernisation des services soient menés à bien.

Les usages du numérique s’accélèrent chez les patients comme chez les professionnels de santé

Dans environ un an 9,5 millions d’utilisateurs utilisent mon espace santéAvec plus de 200 000 nouvelles activations chaque mois, l’application mobile est actuellement parmi les plus téléchargées en France. De leur côté, les professionnels de santé envoient plus de 12 millions Documents chaque mois à mon espace santé, avec des progrès confirmés chaque semaine et chaque mois, autant de documents sont envoyés qu’au cours des 15 années d’histoire du programme de gestion des données. La page est tournée !

Que de chemin parcouru depuis 2004 et la première annonce du Dossier Médical Commun. Avec la participation des utilisateurs et l’engagement des pouvoirs publics en faveur d’un numérique éthique et humain, plus de patients que jamais disposent d’une carte à portée de main pour contrôler leurs données de santé. Nous devons continuer à nous mobiliser ensemble pour convaincre les professionnels réticents et accompagner nos citoyens dans l’apprentissage de ces nouveaux outils.

-Gérard Raymond, Président d’Assos Santé France.

Un effort de longue haleine pour mettre le numérique au service de la santé

Si ces chiffres reflètent un dynamisme sans précédent et démontrent le travail formidable accompli par l’ensemble de l’écosystème, alors la mobilisation doit se poursuivre.

Cela continuera Parmi les agents de santéPour que ces usages numériques soient utiles dans leur pratique quotidienne. Après avoir constaté quelques difficultés, une attention particulière continuera à leur être portée. Secteur médecine communautaire. Des premiers signes encourageants ont été observés dans le domaine, suite aux améliorations et développements significatifs apportés par les éditeurs dans le cadre du packaging Sentinel. Cette démarche collective se poursuivra dans le temps, en abordant étape par étape tous les points de contrainte soulevés par les professionnels du domaine, afin de répondre aux attentes qu’ils ont exprimées et d’améliorer leur satisfaction sur les logiciels qu’ils utilisent au quotidien.

Les résultats obtenus à l’issue de cette phase montrent que, grâce aux efforts collectifs déployés, nous traversons un tournant dans la dynamique d’usage des services de base portés par le Ségur numérique. Cependant, nous sommes pleinement conscients des efforts qui restent à faire pour donner entière satisfaction aux professionnelles en soins. Le défi que nous sommes prêts à relever est que la vague 2 s’ouvre dans les meilleures conditions possibles.

– Francis Mambrini, Président de l’Association des Editeurs d’Informatique Médicale et Paramédicale (FEIMA)

Et ça continuera aussi Avec les patients et les soignants, pour présenter l’espace Ma Santé, et donner à chacun le contrôle de ses données de santé. Une vaste campagne de communication a été lancée en septembre dans les médias et sur le terrain.

Plus de 90 % des assurés disposent d’un profil Mon espace santé et ils sont de plus en plus nombreux à s’y connecter chaque jour. Il faut poursuivre nos efforts pour que Mon Espace Santé, comme la Carte Vitale en son temps, entre dans le quotidien des patients et des soignants.

– Margaret Cazenove, directrice adjointe du service de régulation des soins de l’Assurance Maladie.

La vague 2 du Ségur digital se prépare déjà, pour répondre aux attentes des professionnels de santé

Après la vague 1 centrée sur l’espace Food of My Health, la vague 2 viendra de Ségur Digital Partage complet, transparent et sécurisé des données de santéFaciliter l’accès des professionnels aux données stockées dans l’espace Ma Santé ou reçues via des messages de santé sécurisés.

La vague 2 élargira également la gamme de logiciels impliqués, avec des appareils destinés aux programmes de sages-femmes, de dentistes et de paramédicaux qui seront déployés au premier trimestre 2024.

Pour poursuivre cette transformation, DNS, ANS et Cnam poursuivront leur travail consultatif et co-constructif auprès des patients, des professionnels et des éditeurs. Seule cette dynamique collective nous permettra de répondre avec humilité aux grands défis auxquels notre système de santé est confronté.

La publication de Ségur Digital est un travail d’équipe, avec un incroyable engagement des pouvoirs publics, des professionnels et des éditeurs. Avec cela, nous commençons enfin à disposer d’outils de meilleure qualité, pour communiquer entre nous, au service de la santé des patients. Nous souhaitons entretenir ce dynamisme pour faire de la France l’un des pays leaders européens dans ce domaine.

– Hala Al-Gharyani, représentante de la santé numérique (DNS).

Voir le dossier de presse ci-joint :

Contacts cliquez :

Délégation santé numérique

marion.fevrier@sante.gouv.fr

Marion février – 06 08 77 61 02

melany.mandikian@havas.com

Mélanie Mandikian – 07 88 08 73 06

Agence de santé numérique

julie.messier@esante.gouv.fr

Julie Messier – 06 16 89 59 83

assurance santé

presse.cnam@assurance-maladie.fr

Léo Leroy – 01 72 60 19 89

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire